Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle

La théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten

Berne-Berlin-Bruxelles, Francfort-New York-Oxford-Vienne, Peter Lang, 2008
613 p., 120 ill.
ISBN 978-3-03911-316-3

Consacrée à Samuel van Hoogstraten (1627-1678), cette étude propose pour la première fois une analyse critique des productions artistiques de ce peintre, graveur et dessinateur hollandais, sous la forme d’un catalogue de son oeuvre, et des théories qu’il a développées dans le traité publié à la fin de sa carrière, l’Introduction à la haute école de l’art de peinture (Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst, 1678).

Loin de l’image faussée du théoricien livresque, verbeux et « classique » souvent véhiculée, Van Hoogstraten s’avère un pédagogue remarquable et un fin commentateur des pratiques artistiques de son temps, s’appuyant sur ses expériences personnelles, mais ne reniant pas celles de ses maîtres ou de ses collègues. Il ne craint ni les digressions ni même les contradictions ou les analyses dialectiques.

Cette étude propose au lecteur de plonger dans l’univers intellectuel, social et artistique d’un peintre hollandais du XVIIe siècle, restituant son « outillage mental » et, plus encore, tentant de comprendre comment il est possible à un peintre de l’époque moderne de réfléchir à sa propre pratique.

Peindre et penser – échantillon

Peindre penser – table

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s